Eine junge Frau spaziert mit ihrem Grossvater durch einen Park.

Bassersdorf: des mesures pour les proches aidants

L’assistance et le soin aux aînés constituent un des grands défis de note époque. La commune de Bassersdorf a reconnu la nécessité de soutenir les proches aidants. En parallèle à une activité professionnelle souvent stressante, ces derniers s’occupent de leurs parents, de leurs voisins ou de leur compagne ou compagnon.

Par: Anina Torrado Lara
Photo: Unsplash

Vidéo: Fondation Âge

Nous devenons toujours plus vieux: 17,6 % des hommes et 23,9 % des femmes nés après 2013 deviendront centenaires. Après leur retraite, les femmes vivent en moyenne encore 22,5 ans et les hommes 19,7 ans.

Le monde politique cherche désespérément des solutions pour assainir durablement les institutions sociales, l’économie développe des offres pour séniors reposant sur la technologie et les communes envisagent de se tourner vers les communautés de soutien (ou communautés bienveillantes) pour décharger les institutions et les proches aidants.

Il n’en va pas autrement à Bassersdorf: la commune zurichoise, qui compte plus de 11 000 habitants, estime qu’il lui manquera des lits de soins à moyen et long terme. Pour une petite commune, cela représente une importante charge financière et en personnel.

Bassersdorf donne la parole à ses habitants
Conscient du problème, le conseil municipal a opté pour une approche visionnaire: mettre davantage l’accent sur les proches aidants. Dans le cadre d’un vaste sondage auprès des proches, la population a pu faire part de ses souhaits et demandes par rapport à l’avenir du travail en faveur des aînés et aux possibilités de soutien axées sur les besoins. D’après Esther Diethelm, chargée des questions liées aux aînés à Bassersdorf, les réponses des compagnes et compagnons, des enfants et petits-enfants, des belles-filles et beaux-fils furent très nombreuses: «Nous avons constaté que les proches aidants effectuent un travail de titan, qu’ils sont soumis à une forte charge tant émotionnelle que physique et qu’ils désirent bénéficier d’un soutien financier et administratif. Ils sont soulagés de pouvoir adresser leurs demandes à un service qui se trouve sur place.»

Des personnes impliquées partagent leurs expériences avec la prise en charge de proches.

Avec l’aide d’acteurs locaux et de la Fondation Âge (voir encadré), la stratégie du conseil municipal touchant aux aînés et au soutien des proches aidants a pu être mise en œuvre dans les meilleures conditions. L’équipe de projet BasiviA («Bassersdorf vernetzt im Alter») a développé une palette de mesures diversifiées: un point de contact pour les proches aidants, des cours, des conseils pour les aînés, un groupe de discussion et une rencontre annuelle pour les personnes concernées. Le service de visites «va bene», expression d’une culture locale du soin, est actuellement en phase de lancement.

Une table ronde consacrée aux questions liées à l’âge réunit régulièrement des institutions travaillant dans le domaine de la santé et des aînés, accompagne les développements actuels et aborde, le cas échéant, de nouveaux sujets.

La Fondation Âge soutient les communes pendant la phase de mise en place
La commune de Bassersdorf a bénéficié du soutien de la Fondation Âge. Celle-ci encourage la prise de conscience des thèmes liés à l’âge et aux logements pour aînés au sein de la société et soutient des projets innovants. En octobre 2014, la fondation a lancé le programme «Socius – aider à bien vieillir» (Socius – wenn Älterwerden Hilfe braucht). Le projet BasiviA est l’un des dix projets en cours. La Fondation Âge lance actuellement le programme «Socius 2».
programmsocius.ch

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.