Cap sur la «nouvelle normalité»

La page de la pandémie est-elle définitivement tournée ou est-ce que de nouvelles vagues nous menacent? L’insécurité est palpable au niveau mondial. Pasqualina Perrig-Chiello (68 ans), professeure émérite de psychologie à l’Université de Berne, analyse les changements sociétaux provoqués par la pandémie.

Madame Perrig-Chiello, la pandémie a-t-elle accentué les divisions ou nous a-t-elle soudé.e.s?

Pasqualina Perrig-Chiello: La pandémie de COVID-19 a mis les relations entre les jeunes et les aîné.e.s à rude épreuve, comme lors d’autres crises sociétales traversées par le passé. Le discours médiatique autour du confinement a malheureusement mis en opposition jeunes et aîné.e.s. Au début, les «personnes âgées» étaient montrées du doigt, car elles faisaient leurs courses ou se promenaient sans sembler se soucier, plutôt que de rester chez elles et d’être reconnaissantes qu’on les protège du virus. Dès que les bars ont rouvert, les jeunes sont devenus les nouveaux boucs émissaires. Heureusement qu’au niveau individuel de la famille et du voisinage, une forte solidarité était perceptible.

Qui a le plus souffert?

La situation des personnes angoissées et introverties était probablement plus difficile que celle des personnes extraverties et positives. Les plus touchées étaient les personnes de tout âge vivant seules et isolées socialement. Nombreux sont ceux et celles qui ont atteint leurs limites psychiques. Les problèmes liés au stress ainsi que le risque d’addiction ont augmenté.

Comment les personnes qui souffrent de solitude peuvent-elles retrouver une perspective positive?

La psychologie positive parle de forces de caractère, par exemple la reconnaissance, l’espoir, la sérénité, le courage, l’humour, l’indulgence ou encore la clairvoyance. Or ces traits de caractère ne sont pas innés, chacun-e peut les renforcer et les entraîner. Qui veut améliorer sa gratitude trouvera, 20 fois par jour, une raison de dire merci: merci à la voisine qui est toujours là, merci de pouvoir faire une promenade, merci à l’organisation de soins à domicile qui m’apporte une aide précieuse. Il s’agit d’adopter une attitude positive et d’embrasser la vie.

Cela peut sembler simple, mais pour beaucoup de personnes cela représente un véritable défi.

Un événement aussi radical que le COVID-19 est un défi pour tout le monde. On touche à ses limites. Certaines personnes atteignent le «point zéro», où l’on se croit perdu. La bonne nouvelle est que lorsqu’on est arrivé tout en bas, la seule direction possible est de remonter la pente! Prenez les choses en main et engagez-vous sur une nouvelle voie.

Comment faire le premier pas?

Il n’est jamais trop tard pour découvrir quelque chose de nouveau. Je conseille aux personnes angoissées de mettre leur crainte d’une infection aux oubliettes. Plutôt que de suivre en permanence l’évolution de la pandémie, il vaut mieux éteindre sa télévision et s’adonner à une autre occupation: apprendre un nouveau loisir créatif (www.domestika.org), s’inscrire à une université des seniors (cf. www.uni-3.ch), participer à un «Amuse bouche» de Tavolata (www.tavolata.ch/fr/amusebouche) ou se prendre un abonnement à une bibliothèque en ligne. Tout cela peut se faire depuis chez soi!

Idées d’avenir

  • Avec le programme «Aarhus – une ville contre la solitude», la ville danoise d’Aarhus met en place une offre complète pour sa population vieillissante, entre autres de nombreuses rencontres, des projets de cohabitation intergénérationnelle et des bibliothèques interactives.
  • La Grande-Bretagne et le Japon ont instauré des «Ministères de lutte contre la solitude».
  • De nombreuses communes de Suisse engagent des assistant.e.s qui permettent aux aîné.e.s de prendre part à la vie en société. Demandez de plus amples informations auprès de votre commune.
  • En Finlande, les «Circle of Friends» connaissent un engouement particulier. Un groupe, composé de huit personnes, se rencontre 12 fois en trois mois. Cela permet de développer des amitiés, de partager son quotidien, de découvrir de nouvelles choses ensemble et de se sentir moins seul-e.

Interview: Anina Torrado Lara
Photo: màd

Cette interview a été publiée dans le journal de Tavolata « Bon appétit ! » en novembre 2021.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.